Les grandes dates de 1030-1896

Avant l’an mil, Bouzonville était déjà entrée dans l’histoire comme en témoignent les découvertes de restes celtes, romains et mérovingiens. Les zones habitées étaient en partie différentes de celles d’aujourd’hui et la forêt occupait une étendue plus vaste qu’actuellement.

1030 – 1033

Adalbert et Judith fondent l’abbaye de Bouzonville. Une relique de la Sainte Croix est rapportée par le fondateur au retour d’un pèlerinage en Terre Sainte et placée dans le monastère.

1037

Les moines bénédictins sont installés par les fondateurs.

1049

Le pape Léon IX fait halte à l’abbaye lors d’une étape d’un voyage le menant de Metz à Trèves.

1048 – 1070

Gérard II, petit fils d’Adalbert, est le premier comte héréditaire de Lorraine.

1340

Le monastère est détruit par le feu.

1345

Sous l’abbatiat de Gutzon de Wiskirch, la reconstruction du chœur de l’abbatiale est terminée.

1544

Les troupes de Charles Quint traversent la région et y font de nombreux dégats.

1597

La relique de la Sainte Croix est volée par une troupes de soldats venus de la citadelle de Metz. Elle sera restituée en 1616 au Stockholz à l’endroit appelé aujourd’hui la « Belle Croix ».

1618 – 1648

C’est la guerre de Trente ans. C’est une période désastreuse pour notre région. Les troupes militaires de passage sont dévastatrices, les épidémies et famines sont catastrophiques. La ville, comme la région perd 60 % de sa population.

1683

Louis XIV va de Thionville à Sarrelouis. Pour le passage des nombreuses troupes qui emprunteront le même trajet, Vauban sera le maître d’œuvre d’un pont sur la Nied. Il sera achevé en 1724.

1684

L’abbaye prend feu. Les quatre cloches de la tour fondent dans l’incendie. La partie nord de l’abbatiale est très abîmée. La reconstruction des différents bâtiments durera de 1691 à 1698 et au-delà.

1697

Installation d’une grande cloche dans la nouvelle tour-beffroi de l’abbatiale. C’est la plus ancienne du clocher actuel, son nom est « Anna ».

1719

On construit l’Hôtel de Ville.

1766

Stanislas, duc de Lorraine meurt. Bouzonville, partie du duché, devient française par rattachement du duché au royaume de France de Louis XV.

1789

La ville compte 330 feux, c’est à dire environ 1650 habitants. Les Cahiers de Doléances du Tiers-Etat de la ville sont achevés le 6 mars. Ils comptent 44 articles et sont signés par 153 hommes.

1791

Les moines quittent définitivement les lieux le 1er octobre.

1791 – 1802

L’église abbatiale est vidée de ses biens culturels. Elle sert pour des réunions, pour le culte à la déesse raison puis celui de l’être suprême et enfin de grange et de forge.

1791 – 1798

Les bâtiments conventuels sont lotis et vendus après avoir servi de logement à des régiments militaires dont le 4e Hussard. Les soldats ont dégradé les lieux.

1802 à nos jours

L’abbatiale devient église paroissiale. Elle est remise en état. Les travaux d’entretien et de transformation se succèdent et continuent encore.

1847

Les sœurs de la Providence de Saint André de Peltre s’installent et vont s’occuper d’enseignement.

1865

L’harmonie Sainte Cécile est créée.

1871 – 1918

Bouzonville, comme toute la Moselle devient allemande et change de nom pour être Busendorf.

1881

Ouverture des abattoirs de la ville.

1880 – 1883

Le chemin de fer passe par Bouzonville. Trois lignes seront ouvertes en trois ans. L’électrification sera réalisée en 1956. Les derniers trains à vapeur circuleront jusqu’en 1976 sur la ligne Bouzonville-Dilligen.

1889

Les sapeurs pompiers volontaires se mettent au service de tous.

1893

Les locaux conventuels sont légués, acceptés et occupés par les filles de la Charité. Elle y installeront un hôpital, un hospice et s’occuperont des soins infirmiers à domicile.

1896

Monsieur Moïse Marx ouvre un magasin. Il changera d’enseigne en 1928 pour celle de Benoît Bloch.